La Sicile
« On ne peut se faire une idée de l'Italie sans voir la Sicile. C'est en Sicile que se trouve la clef de tout. » (Goethe, 1787)

Aujourd’hui encore la connaissance de la méditerranée est fondamentale pour comprendre le monde qui nous entoure.
La Sicile est le berceau de nos civilisations.
Sur cette parcelle de terre entourée par la mer, se sont succédés et croisés les grands peuples qui ont fait briller l’intelligence humaine : les grecs, les arabes, les normands, les aragonais…
Vous découvrirez en Sicile un patrimoine artistique et culturel unique au monde, surplombant partout une mer de rêve.

La Sicile vous invite pour un fabuleux voyage au cœur de notre histoire.

Terre de contrastes et de paradoxes :

La beauté provocante d’une côte dentelée, paradis de fleurs, d’odeurs et de couleurs contraste avec le chaos des faubourgs de Palerme. De même la générosité et la chaleur que démontrent les siciliens s’opposent à la réputation de peuple violent colportée à travers le monde. Peu de pays au monde bénéficient d’une telle richesse naturelle, se trouvant pourtant submergé par les difficultés économiques et sociales …

En Sicile plus qu’ailleurs, les couleurs sont vives. Les odeurs, bonnes ou mauvaises sont accentuées par la chaleur. Les cris des femmes et des enfants, ceux des marchands ambulants, couvrent la rumeur des villes. Le silence des villages en hiver ou à l’heure de la sieste l’été, est lui, assourdissant.

Ici on sait plus qu’ailleurs profiter du temps qui passe et de la douceur de vivre. Partout où le regard se tourne, il se pose sur le bleu réconfortant de la mer. A chaque coin de rue, vous serez tentés par les merveilles culinaires proposées dans les bars et nombreuses trattorie. Les siciliens vous feront vous sentir comme chez vous, grâce à un sens de l’hospitalité inégalable…

Avec une curiosité sans préjugés vous pourrez partir à la rencontre d’une île qui regorge de richesses. La Sicile vous ouvre ses portes, et si, nombre de jeunes siciliens rêvent de s’expatrier vers d’autres eldorados, les visiteurs, eux, ne pensent qu’à revenir…

La Sicile et les Hommes

Terre d’invasion et rencontre des civilisations

Sur les traces des grands peuples qui ont façonné l’image de l’île, vous pourrez découvrir des sites renommés parmi les plus beaux vestiges de l’histoire de la méditerranée :

- Les temples grecs de Ségeste, Sélinonte et Agrigente… la Sicile fut la dernière et plus puissante colonie de la Grèce antique et en préserve les vestiges les plus impressionnants.

- Les Arabes y ont développé la culture des agrumes, façonnant les campagnes et les mentalités.

- Les Normands trouvèrent durant deux cent ans une terre étape sur la route des croisades, s’appuyant sur les talents et la richesse de la culture arabe, les rois normands ont laissé en Sicile des édifices majestueux (les tours qui jalonnent la côte, les églises et cathédrales arabo- normandes… dont la cathédrale de Palerme et Monréale)

- La période aragonaise fut marquée par l’art Baroque, dont des zones entières de l’ile  témoignent des fastes de la noblesse espagnole - (voir la Sicile Barroque : Noto, Raguse, Siracuse..)
Plus de détails voir rubrique sites et visites.

Société

Le peuple sicilien habitué à la domination depuis la nuit des temps est aujourd’hui parti intégrante de l’Italie moderne.

C’est la plus grande Région d’Italie et l’île jouit d’un statut autonome. La population est dense, avec 5 millions d’habitants vivant sur l’île  et 5 millions à l’étranger. On compte 5 villes de plus de 100 000 habitants (dont Palerme 1million) et une myriade de villes de plus de 10 000 habitants.

Les difficultés sont nombreuses et le chômage important. Pour autant les Siciliens offrent une image riante de leur île. Fidèles à leur réputation, ils sont extravertis, attachés au paraître, ils aiment à vivre dans la rue, dans la confusion des étals de marchés et le bourdonnement des «motorini ».

N’hésitez jamais à aller à la rencontre des hommes et des femmes de Sicile qui vous démontreront à tout moment leur bonheur de vous accueillir, notamment dans les villages les plus isolés.

La Sicile et la mer
Avec ses 1200 km de côte la mer est omniprésente dans le paysage de l’île.

Mer nourricière et source d’angoisse

Peuple insulaire depuis toujours, la mer a conditionné la vie des siciliens, même si ces derniers lui ont bien souvent tourné le dos. Les invasions et les problèmes semblent toujours venir de la mer. Synonyme de pauvreté, le «povero pescareccio » n’est- il pas le destin misérable du sicilien.

Une grande majorité de villes et villages sont installés  sur les côtes, chacune d’elle a sa relation propre avec la mer. La côte Nord est dominée par l’activité portuaire de Palerme et son trafic maritime qui concerne les marchandises et le transport de passagers. On y trouve aussi les plus importants ports de pêche comme Porticello. La côte tyrrhénienne, particulièrement belle, est considérée comme la côte d’Azur du Grand Sud avec des stations comme Taormina, fréquentée par la Jet Set internationale depuis plus de 200 ans. L’ensemble des rivages sont bordés de villages traditionnels de pêcheurs - on y pêche le thon, l’espadon, les anchois, les calamars …. Une activité qui a nourri les habitants de l’île des siècles durant et qui est mise à mal depuis peu par la pénurie du poisson en méditerranée.

La mer et le dieu soleil

La mer et les innombrables plages sont les lieux de retrouvaille de tous les siciliens mais aussi des italiens durant la belle saison (la population double sur les côtes durant les mois de juillet août). Pourtant peu d’entre eux nagent véritablement et presque aucun ne profite des loisirs qu’offre la grande bleu. Seules les îles (Eoliennes, Egadi, Ispica) ont su développer une activité de loisirs autour de la mer : voile, plongée, ballade en bateau…

Le tourisme est bien évidemment la ressource de l’île la plus importante désormais. Vous trouverez de nombreux hôtels en bord de mer, avec bien souvent, des conditions idéales pour profiter des vacances au soleil.
Les offres de locations de maisons sont également très nombreuses. Vous trouverez sur le portail une sélection d’hébergements qui facilitera l’organisation de vos vacances.

La Sicile des montagnes

Plus méconnue, la Sicile intérieure, celle des montagnes et des campagnes mérite pourtant toute notre attention. L’intérieur du pays demeure une mine d’émerveillement pour tous ceux qui souhaitent  aller à la rencontre du pays.

Avant d’être une attraction balnéaire la Sicile représentait une source de richesse agricole pour le Sud de l’Europe. Les Romains, les Arabes, les Normands, plus tard la noblesse européenne ne s’y sont pas trompés. En plus de sa situation stratégique, l’île a toujours été convoitée pour sa terre généreuse, abondante en eau, en soleil et en main d’œuvre agricole. Les romains la considéraient comme le grenier à blé de Rome, mais aussi sa cave à vins.

Les Arabes y ont développé la culture des agrumes qui demeurait jusque dans les dernières années la ressource agricole la plus importante de l’île.

Avec la disparition de la noblesse terrienne, Les difficultés liées à l’eau, la délinquance mafieuse née justement dans les campagnes, l’engouement  pour la côte et le tourisme, l’intérieur  de la Sicile s’est peu à peu appauvri, voire desséché.

C’est pourtant dans les innombrables villages de montagne que l’on conserve l’âme de la Sicile.

Si l’apparence des cités et de la côte nous fait penser que l’île  est définitivement moderne, c’est dans les campagnes que l’on saisi tout l’immobilisme d’une mentalité unique en son genre : la famille dominée par la mama, les jeunes désœuvrés qui rêvent de «continent», l’omerta,  le pouvoir impalpable de la mafia, l’attachement viscéral au « paese »…

On trouve en Sicile plusieurs parcs protégés dans les montagnes qui offrent de belles possibilités de ballades : le Parc National des Madonie, la réserve du zingaro, le Parc Régional des Nébronie, le parc Régional de l’Etna…

Sur le modèle des chambres d’hôtes et fermes auberges vous trouverez des « agritourismes »  de toute beauté, aménagés pour accueillir les vacanciers et faire déguster la cuisine paysanne.
Voir «Hébergement- agritourismes »

Quelques conseils :

Ne cherchez pas à faire le tour de la Sicile en une semaine, l’île est très vaste, les sites à voir trop nombreux … Si vous souhaitez visiter et découvrir un maximum de lieux, il est préférable de se concentrer sur une zone, quitte à revenir.

Il est plus difficile de profiter des visites durant l’été, une chaleur écrasante et une grande confusion sur les routes risquent de vous décourager dans la découverte de l’île. Le printemps et l’automne sont des saisons idéales.

Si vous partez l’été, préférez un hébergement fixe en bord de mer ou avec piscine. Les agritourismes sont généralement fermés durant les deux mois d’été.

Ne vous surchargez pas de bagages surtout l’été. La garde robe peut être réduite au maillot de bain et quelques tenues légères.
Evitez la voiture dans les grandes villes, Palerme et Catania sont difficilement abordables pour les gens de l’extérieur, vous risquez de perdre tout votre temps et votre énergie à chercher votre route ou une place de parking. Ces villes sont accessibles avec le train qui vous emmènera au cœur de la cité.

Les Siciliens ne sont pas plus voleurs que bien des français… évitez de « traîner » vos bijoux en or dans les quartiers pauvres de Palerme ou Catania, pour le reste, profitez de vos ballades en toute confiance et sécurité.

Conseils vacances : contact@sicile-tourisme.com